Consommation d’un poêle à bois : les économies d’énergie sont-elles au rendez-vous ?

Vous avez investi ou souhaitez vous équiper d’un poêle à bois. Quelles économies d’énergie peut-il générer ? Nous vous expliquons tout.

Choisir le bon poêle à bois

Tous les poêles à bois ne se valent pas et sont plus ou moins performants selon les modèles, les technologies, le type de combustible, etc.

Pour être sûr(e) de faire un bon investissement de départ avec votre poêle à bois, veillez à choisir un appareil ayant un label Flamme Verte et qui propose un très bon rendement.

Plus coûteux à l’achat, le poêle en faïence ou à inertie est le système le plus écologique et peut s’avérer très rentable sur le moyen et le long terme.

Prendre en compte les spécificités de son logement

Un poêle à bois, même très performant, ne vous fera pas faire d’économies d’énergie substantielles si votre habitation est une « passoire thermique ». Si vos murs ou vos combles ne sont pas bien isolés, c’est jusqu’à 30% de déperditions de chaleur qui peuvent être observées.

Il faut également prendre en compte la typologie de votre logement : surface à chauffer, étages, tout ouvert ou chambres cloisonnées, etc. Le poêle en faïence permet de chauffer une grande surface, sans l’apport d’autres sources de chaleur. Mais dans certains cas, un poêle à pellets peut suffire.

Utiliser son poêle de façon optimale

Un poêle à inertie fonctionne sur le principe de la restitution lente de chaleur : il chauffe donc longtemps. Le poêle à bois classique émet de la chaleur tant qu’il est en activité ; avec convection cette chaleur peut être diffusée.

Il faut bien maitriser le fonctionnement de votre appareil, quel qu’il soit, pour en optimiser le rendement et donc les économies d’énergie. Soyez bien attentif à gérer le tirage, entretenir le poêle et la cheminée, et installez un programmateur de chauffage pour une gestion intelligente de la température.

Bien choisir le combustible du poêle

Le poêle à pellet consomme en moyenne de 2 à 5 tonnes de granulés par an, ce qui représente un budget de 500 à 1 500 € annuels. De plus, ces appareils consomment également de l’électricité, nécessaire pour acheminer le combustible du réservoir de stockage jusqu’au foyer, il faut donc rajouter environ 50€ annuels.

L’utilisation de bûches est bien moins coûteuse puisque cela revient à environ 700€ annuels pour chauffer une maison (c’est le coût de 10 stères de bois). Mais il faut être attentif à la qualité du bois (chêne ou hêtre sont à privilégier), qui doit également être bien sec.